ECONOMIE ET BUSINESS  |    

Niger: le lancement d'un oléoduc vers le Cameroun prévue à fin 2018

Par AFP - 10/04/2018

Ledit ouvrage va permettre au Niger d'évacuer son pétrole brut destiné à l'exportation

 

Le Niger va lancer fin 2018 les travaux de construction d'un oléoduc pour évacuer vers le Cameroun, via le Tchad, son pétrole brut destiné à l'exportation, a annoncé lundi le ministère nigérien du Pétrole.

"Nous pensons que" les travaux "vont démarrer au plus tard à la fin de cette année", a indiqué à la télévision Foumakoye Gado, le ministre nigérien du Pétrole.

L'oléoduc, initialement prévu en 2013, et long de plusieurs centaines de kilomètres, permettra d'évacuer le brut nigérien au Tchad voisin, puis de l'acheminer jusqu'au port camerounais de Kribi.

Pour augmenter sa production "d'or noir", qui n'est actuellement que de 20.000 barils/jour, le Niger a récemment signé un Accord d'exploitation d'un second puits pétrolier avec la China national Petroleum corporation (CNPC), dans l'Agadem (sud-est nigérien), où cette société extrait le pétrole depuis 2011, selon le ministère nigérien du pétrole.

L'exploitation du nouveau puits démarrera également au plus tard fin 2018 et permettra au Niger de produire 90.000 barils supplémentaires par jour, donc d'atteindre une production "globale de 110.000 barils par jour", a expliqué le ministre.

Quelque "2,5 milliards de dollars" seront investis dans les nouvelles infrastructures de surface et "1 à 2 milliards de dollars" dans l'oléoduc, a-t-il chiffré.

 


© © Droits réservés

Le Niger, qui est l'un des pays les plus pauvres du monde mais riche en uranium et en or, est devenu en 2011 un petit producteur de pétrole avec 20.000 barils par jour.

L'or noir est jusqu'ici acheminé par des pipelines jusqu'à Zinder (centre-sud nigérien), où il est raffiné.

En octobre, le Conseil d'Administration de l'Initiative pour la transparence des ins industries extractives (ITIE) a "suspendu" le Niger "pour progrès insuffisants" notamment en matière de "divulgation des contrats" et de non-respect de "publication des données" sur les versements de dividendes au profit des zones minières.

Niamey a trouvé cette décision "injuste" est s'est retiré de l'Itie.

La zone pétrolière située dans la région de Diffa (sud-est) est victime depuis 2015 d'incursions très meurtrières des jihadistes de Boko Haram basés au Nigeria voisin.

Dans les années 90, elle avait déjà été le théâtre d'une rébellion toubou (une ethnie minoritaire) qui réclamait le développement de cette région déshéritée.

 
MOTS CLES :  Cameroun   Pétrole Brut   Niger   Tchad 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Festival Karaka
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUNIGER.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués